Paris 11 – 18 – 24 La Défense, les Impressionistes et Eugène Delacroix

Pascal Maitre est un photographe qui combine avec virtuosité le contraste entre la beauté de l’image et l’horreur du sujet. C’est Siggi qui me fait remarquer cette caractéristique du reporter français. Je vous livre ci-dessous une synthèse de la biographie de Pascal Maitre ainsi que le lien vers le blog de Siggi: http://siggigun.wordpress.com 

De l’énorme puits creusé à la main de la mine de saphir du Madagascar, aux mines de sel de l’Ethiopie, à l’extraction de l’or dans un nuage de poussière de l’épouvantable chaleur du Zaïre à la sécheresse du Sahel, les clichés aux couleurs violentes nous confrontent. 

Une photo publiée récemment par Pierre Cuzon sur Facebook illustre de manière plus explicite le contraste des conditions humaines sur notre planète. Voir ci-dessous.

On rêve un instant du bonheur que nous avons d’être nés ici, dans la deuxième partie du 20e siècle. 

Et dire que d’aucuns s’impatientent et râlent quand ils doivent faire la file pendant quelques minutes devant la caisse d’un Carrefour air conditionné pour payer leur bouteille de Laurent Perrier. 

 

Les photos de Pascal Maitre sont à admirer dans la salle d’exposition au sommet de la Grande Arche de la Défense.

L’accès du toit se fait par des ascenseurs jumelés. Ils sont reliés par leurs câbles, lorsque l’un monte, l’autre descend et inversement. Dans chaque cabine, à l’aide d’un walkie-talkie, un liftier communique l’action de l’engin avec son collègue de l’autre cabine. Nous sommes heureux de découvrir des opérateurs d’ascenseurs en uniforme, on les croyait les disparus avec les films américains des années 30.

Après l’exposition de photos et la vue panoramique de Paris nous parcourons l’esplanade de la Défense, de l’Arche au bassin Takis en suivant le parcours du voyage artistique « Les Extatiques ». Des huit installations nous retenons les bancs publics surdimensionnés de Lilian Bourgeat, le labyrinthe des tournesols de Fanny Bouyagui et les immeubles renversés de Leandro Erlich.

Le Petit Palais expose un centaines d’œuvres d’expressionnistes qui fuirent la guerre franco-allemande de 1870 et s’installèrent à Londres pendant des mois, voire des années. Ils furent poussés par les événements mais aussi par l’idée que le marché de l’art était plus porteur dans la riche capitale de l’Empire Britannique que dans Paris en ruine. 

Claude Monet disait de la vue de la Tamise, « C’est à devenir fou, tellement ça change ».

Le musée Eugène-Delacroix est installé dans la maison où l’artiste s’installa en décembre 1857 pour être près de l’église Saint-Sulpice dont il avait été chargé de décorer la chapelle. Nous partageons le sentiment du peintre qui remarquait que « Mon logement est décidément charmant, la vue de mon petit jardin et l’aspect riant de mon atelier me causent toujours un sentiment de plaisir ».

Nous déjeunons au restaurant YUSHI, pas très loin du musée, au 8, rue des Ciseaux. Recommandé par notre amie Zaza, le restaurants japonais sert des menus excellents à des prix raisonnables. Je note l’adresse.

Ce dimanche après-midi, le 15 juillet 2018, le soleil et les cris enthousiastes des fanas du foot sont bien présent sur la dunette du Chat Lune.

Ce matin, nous avons aidé Sylviane et Caroline à installer des chaises dans le local du yacht club. Un écran géant avec un rétroprojecteur complètent la salle de cinéma improvisée. De la dunette  on voit au travers des fenêtres, à chaque goal, les supporters bondir de joie et tournoyer les drapeaux bleu blanc rouge.

Le match terminé, la foule en liesse débarque dans les rues, les voitures klaxonnent, les sifflets sifflent, les pétards pètent. Quatre heures plus tard, il est 23 h à l’heure où j’écris ces mots, mon iPhone mesure toujours un niveau sonore moyen de 70 dB avec des pointes à 95 dB. Pour lire à l’aise, Marleen a mis des boules Quies. Pour dormir, on ferme les hublots de la cabine arrière, le sommeil vient vite.

Publicités
Cet article, publié dans Art, Exploration, Exposition, Fêtes, Musées, Paris, Peinture, Photo, Uncategorized, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.